Rachat des locaux du COB par la Ville (suite) : un coût beaucoup plus important ?

CobDéblocage de 600.000 € en 2014, 981.000 € en 2015 et 955.000 € en 2016
 Vendredi (28/11/2013 ndlr), lors de l'assemblée générale du Cob, Gérard Blégean a annoncé que la ville allait acheter les locaux de la rue Saint-Benoît pour les remettre aux normes. Une excellente nouvelle pour les 1.367 adhérents du plus gros club sportif de la ville.
Ça y est, c'est fait. Ou presque. Vendredi soir, à l'occasion d'une assemblée générale rondement menée, Gérard Blégean, adjoint aux sports, a enfin annoncé ce que tous les adhérents du Cob attendaient depuis des années. « Après de longs mois de travail sur le devenir du club et de ses locaux, je vous confirme que la ville a décidé de racheter les équipements de la rue Saint-Benoît à son actuel propriétaire, la SA du Rouvre », a-t-il lâché, sans pour autant détailler le projet qui sera présenté en conseil municipal le 18 décembre.

Les Cobistes ont toutefois appris que dans un premier temps, leurs locaux seraient totalement remis aux normes : accessibilité, sécurité... Les travaux, d'un coût légèrement supérieur à 2,5 M€ si l'on en croit le plan pluriannuel d'investissements présenté hier soir au conseil municipal, se feront sur plusieurs années (1). Qu'importe, ça fait quand même le bonheur de Gérard Villemin, président du plus gros club sportif de la ville, avec ses 1.366 adhérents. « Cette annonce nous rassure et nous satisfait. On parlait de ce projet depuis longtemps. Désormais, nous avons un engagement ferme. Nous étions incapables de prendre en charge seuls le coût des mises aux normes. Pendant des années, on a fait ce qu'on pouvait pour que les salles soient acceptables mais on aspirait à davantage de confort. Ce sera bientôt le cas. »

Des bilans satisfaisants
Du côté des bilans, la saison 2012-2013 est jugée satisfaisante, malgré une érosion des effectifs (- 4 % par rapport à la saison précédente). « C'est un signal qu'il faut analyser. Il y a plusieurs facteurs qui ont contribué à cette érosion, explique Gérard Villemin. Le facteur économique, même si, sur le plan tarifaire, on fait des efforts. Mais aussi nos locaux, très rustiques. La difficulté de trouver des bénévoles, également. » Économiquement, le Cob s'en sort bien, avec un résulat positif de 34.000 € toutes sections confondues (2), grâce à une gestion saine, au jour le jour. « On cherche toujours les solutions les moins onéreuses pour remplacer les matériels. Et deux départs de salariés, un temps plein et un temps complet, n'ont pas été remplacés. On fait avec les moyens du bord. Et ce n'est pas toujours simple. »

Candidat à sa succession
L'assemblée générale de vendredi étant élective, un nouveau conseil d'administration a vu le jour. Il se réunira prochainement pour élire son président. Après avoir pesé le pour et le contre, Gérard Villemin, qui compte 21 ans de bénévolat au sein du club, sera candidat à sa succession. « J'ai mis le projet de rénovation des locaux sur les rails. Je veux aller jusqu'au bout et le voir aboutir. Après quoi, je laisserai la main ». Avec la fierté d'avoir réussi à conserver le bâtiment historique. « Le Cob, c'est un club emblématique. Un club de centre-ville. Si on avait dû partir, que serait-il resté ici ? Quelques magasins, des banques et des agences immobilières... ».

(1) (2) Le Cob compte neuf sections sportives (985 licenciés) et cinq sections culturelles (351 licenciés).
Le Télégramme 28 nov 2013

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : Mar 14 Oct 2014